Comment faire la paix avec l’anglais

17 juillet 2020

Pendant l’écriture de cet article un ami était passé chez moi et il ne comprenait pas pourquoi ce titre “Comment faire la paix avec l’anglais” comme si on avait un problème avec l’anglais.

Ooohh que si, on n’a pas seulement un problème avec l’anglais, mais des problèmes.

On entend partout que l’anglais est un accélérateur indispensable pour progresser dans n’importe quel domaine aujourd’hui.

C’est vrai l’anglais nous ouvre plein d’opportunité.

Mais est-ce que vous êtes déjà posé la question pourquoi vous ne vous êtes pas encore remis à l’anglais ou pourquoi vous abandonnez vite.

Remettre ces histoires en question est une étape importante pour faire la paix avec l’anglais.

Dans cet article nous allons voir :

  1. L’histoire que nous nous racontons au sujet de l’anglais
  2. Quels sont les faits dans cette histoire
  3. À partir des faits quelle est l’histoire que vous voulez ou pouvez vous raconter

#1. L’histoire que vous raconter au sujet de l’anglais

La réalité est que nous nous racontons tous des histoires généralement de façon inconsciente parfois en rapport à notre scolarité ou non.

J’ai terminé ma scolarité avec des dégâts cérébraux importants relatifs à l’anglais, une période durant laquelle je n’ai jamais eu ma moyenne en anglais. Si vous terminez l’université avec des résultats pareils, cela mine votre confiance en soi et vous fait détester l’anglais.

Donc mes histoires favoris étaient : Je suis nul en anglais, je ne suis pas fait pour l’anglais,  naturellement mon cerveau déteste l’anglais.

Prenez un stylo et un papier et noter les histoires que vous vous racontez. C’est peut-être que vous n’avez pas le temps, vous n’êtes pas doué pour les langues, vous n’avez pas les moyens, ou c’est peut-être un de vos ancien prof qui à dégouter l’anglais. Peu importe vos histoires notez-les bien par ce qu’on aura besoin au point 2.

#2. Quels sont les faits dans cette histoire

les faits dans l'histoire que vous vous racontez

Examinons les faits dans ces histoires, sont-elles des faits, des éléments irréfutables, vérifiables ?

Dans mon cas c’était des croyances limitantes que je me répétais inconsciemment qui m’aider à échapper temporairement à l’anglais.

Si ces histoires sont liées à des situations spécifiques comme je me rappelle, un de mon prof d’anglais avec un gros ventre qui venait toujours en classe avec un bâton prêt à cravacher les élèves ; et un autre passait un mois entier à enseigner une seule leçon dont le titre était la soupe. Vous devez prendre le temps d’examiner les faits. Est-ce la méthode du prof qui est mauvaise ou bien c’est par ce que quelque chose ne va pas avec vous ?

#3. A partir des faits quelle est l’histoire que vous voulez ou pouvez vous raconter

racontez vous de nouvelle histoire

Maintenant que nous avons examiné les différents blocages  psychologiques qui nous opposent à l’anglais nous allons apprendre les gérer pour nous mettre dans une posture nous permettant de faire affaire avec l’anglais

Nous pouvons nous racontons d’autres histoires qui nous rend plus proactif.

Exemples :

– L’enseignement évolue. A l’époque, c’était comme ça et c’était très bien. C’était encore mieux que pour la génération précédente.

– Aujourd’hui, en tant qu’adulte, je choisis ma façon d’apprendre la langue anglaise (jeux vidéos, voyages, films…). Je peux en prendre la responsabilité donc explorer toutes les possibilités.

– A présent, je sais ce qui me manque, quels sont mes points faibles, et je choisis de les travailler.

– Apprendre une langue, c’est s’impliquer. Aujourd’hui, je peux choisir la façon dont je veux m’engager à évoluer.

– Je peux toujours apprendre en autodidacte.

– Il y a tellement de façons d’apprendre une langue.

– Le passé, c’est le passé. J’ai tellement plus de pouvoir sur mon présent et mon futur !

Pour d’autre  personne comme moi, avant de commencer à apprendre à l’anglais à partir de zéro (dans cet article), la première étape d’éviter d’avoir une réaction négative lorsqu’il était question de l’anglais.

Mohamed SYLLA

Bienvenue sur mon blog. Je suis Mohamed Sylla, un passionné, un éternel étudiant de la vie, accro à l'informatique et à l'auto-formation. J'ai lancé un centre de formation en informatique (ABSAM Technologie) en 2019 qui aide les jeunes à se former en informatique. Je gère www.absam.net qui crée les sites internet et des cours en ligne. Aujourd'hui j'apprends l'Anglais et l'Espagnol à côté de mon job de Biochimiste-Laborantin au Service d'Endocrino-Diabetologie du CHU-Donka de Conakry

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires

Travaillons ensemble

Parlez-nous de votre projet, nous sommes prêt à relever le défi

Démarrons un projet ensemble